Accueil >> Blog >> Le data-storytelling dans les médias

Le data-storytelling dans les médias

En France comme outre-Atlantique, les médias ont compris le pouvoir évocateur de la data… Et façonnent de nouvelles manières de raconter l’actualité grâce au concours du data-storytelling. Le point sur cette tendance avec Values Associates. 

Pourquoi le data storytelling est-il vital pour les médias

Dans un monde où les fausses informations se propagent à la vitesse à la lumière, l’accès à une information impartiale et juste est cruciale pour la vie démocratique. Pour ce faire, la data est un outil vital pour les journalistes. En permettant de prendre de la hauteur par rapport à une problématique donnée tout en dépassionnant certains débats de société brûlants, le data-storytelling est un atout majeur… Qui n’est, bien sûr, n’est pas utile qu’au monde des médias.

Dans un passionnant article consacré au data-storytelling et à son impact positif sur la connaissance de sujets complexes, la Harvard Business Review rapporte que de nombreuses entreprises ont commencé à inclure le data storytelling comme étant une compétence requise dans les descriptions de poste des analystes…. Tandis que d’autres ont choisi d’embaucher des postes de data storyteller pour compléter les capacités de leurs équipes analytiques existantes.

Communiquer via la data : une pratique nouvelle répondant à un besoin ancien

“Depuis l’ère de Cro-Magnon, les humains racontent des histoires pour communiquer avec les autres. Pour survivre, mais aussi pour enregistrer les récits de la vie quotidienne. Bien que les méthodes de narration aient beaucoup évolué depuis l’époque des peintures rupestres, leur pouvoir psychologique est toujours d’actualité des dizaines de milliers d’années plus tard”, explique ainsi la Harvard Business Review. 

Un postulat que les médias du monde entier ont compris… En intégrant le data-storytelling à des articles de fond traitant de sujets complexes. Au cours de l’année écoulée, l’un des exemples les plus remarquables a été produit par le Guardian. Le magazine britannique a ainsi fait paraître une enquête sur les relocalisations de SDF aux Etats-Unis. Envoyés loin des grandes villes, au coeur de zones rurales où les attendaient un logement temporaire et un emploi, plus de 20.000 personnes sans domicile fixe ont migré à l’intérieur des Etats-Unis. Ce sujet, peu documenté dans les médias avant cette enquête, est rehaussé de photographies, de vidéos… Ainsi que de datavisualisations permettant de comprendre, en un clin d’oeil, l’ampleur de ce mouvement au pays de l’oncle Sam.

Démocratiser des sujets complexes

Porter à la connaissance du public des faits jusqu’alors ignorés, mais aussi… permettre au lecteur de se forger sa propre opinion sur des sujets éminemment complexes. Le data-storytelling a ainsi été abondamment utilisé dans les médias britanniques pour illustrer l’impact du brexit sur la vie publique au Royaume-Uni. L’une des datavisualisations les plus remarquables réalisées à ce sujet a été réalisée par Sky News. Par le truchement de nombreux graphiques et données interactives, ce grand format exceptionnel permet de s’immerger dans les conséquences concrètes du vote britannique. Nombre de candidats européens à l’emploi, régions ayant perdu le plus de citoyens de l’Union Européenne, importations et exportations… Autant de paramètres explorés en détail pour offrir l’information la plus qualitative possible.

Le data-storytelling comme outil participatif

Au delà de la connaissance de sujets complexes, le data-storytelling permet également aux médias de mettre au point d’audacieux formats interactifs. Dans ce dernier, le lecteur n’est plus passif, mais actif. En jouant lui-même avec les données, il peut ainsi accéder à une information toujours plus personnalisée… Et donc, toujours plus pertinente.

Le meilleur exemple en date ? Ce grand format du New York Times, intitulé « You Fix It : Can You Stay Within The World’s Carbon Budget ? ». Les données y sont présentes en abondance, sous forme de cartes interactives comme de graphiques. Mais la nouveauté de ce format réside dans son interactivité : le lecteur est incité à s’interroger sur sa propre empreinte écologique grâce à un formulaire interactif. A la croisée du journalisme de solution et du data-storytelling, ce nouveau type de format est amené à se généraliser dans les années à venir… Pour permettre au grand public d’accéder à une information toujours plus qualitative.

Cet article vous a plu ? Partagez-le !