Accueil >> Blog >> France : comment l’administration utilise la datavisualisation

France : comment l’administration utilise la datavisualisation

Mise à disposition des administrés de données publiques, outils collaboratifs, partage des données… l’année 2021 a marqué un tournant pour l’administration française dans l’utilisation de la datavisualisation. Et si cette dernière devenait un outil citoyen ? Le point avec Values Associates.

Données publiques de l’administration : un accès difficile en France sans le concours de la datavisualisation

Sur le portail Data.gouv, des données par milliers. Fichiers de commandes publiques, recensement de la population ou encore valeurs immobilières de 1800 à 2015… Le point commun entre toutes ces données ? Toutes sont accessibles à n’importe quel internaute. Mais cet effort de transparence se heurte à un écueil. En effet, les jeux de donnée – parfois incomplets, sont difficilement exploitables en l’état. Et pour cause : comment réussir à retrouver une information viable dans ces millions de lignes de chiffres sur Excel ? Pour mettre l’information dans les mains des citoyens, un outil : la datavisualisation. En permettant de faire comprendre une situation en un clin d’oeil, la datavisualisation est devenue indispensable pour l’administration française.

La ville de Paris a été pionnière sur la datavisualisation en intégrant directement de la dataviz à son site de données partagées. Ainsi, une dataviz permet, par exemple, de suivre en temps réel le nombre de Vélib’ empruntés par les parisiens, la part des stations en fonctionnement – toujours en temps réel, mais également… Le nombre de vélos disponibles sur une station donnée. Une information loin d’être anecdotique avec l’essor du « vélotaf », cette pratique mêlant sport et écologie pour aller au travail à vélo.

Démocratiser la data au sein de l’administration : le rapport Borothel

La nécéssité de mettre en lumière les données de l’administration a été plaidée dans un rapport de la mission Borothel. Ce dernier, paru en 2020 et intitulé « pour une politique publique de la donnée », plaide en faveur d’une généralisation de la mise à disposition des données pour le public. Selon les conclusions de ce rapport, la mise à disposition des données est cruciale. Elle constitue en effet un « instrument démocratique par excellence » ainsi qu’un moyen efficace d’évaluation des politiques publiques. Autre point saillant de ce rapport : la connaissance des données peut être un puissant outil de confiance en l’Etat.

Selon ce rapport, la donnée est un moyen puissant de restaurer la confiance dans l’action publique. « Le défi est immense : la consultation publique conduite par la mission a révélé une défiance majeure dans la donnée utilisée par l’État. À cet égard, la crise de la Covid19 a provoqué un éveil de la nation à la donnée. Les difficultés pour établir des statistiques en temps réel de l’épidémie, les conflits d’interprétation des courbes, auront eu une vertu pédagogique. Celle de révéler que toute donnée est une construction et qu’elle doit être expliquée », explique notamment ce rapport. « Ouvrir la donnée, c’est enrichir le débat public. Cette transparence est le meilleur remède à la défiance et au complotisme », conclut-il.

Comprendre l’action de l’administration par la datavisualisation : le cas d’Issy

Alors que l’administration centrale commence lentement à démocratiser ses jeux de données, certaines municipalités ont ouvert leurs données depuis des années. C’est le cas, par exemple, de la mairie d’Issy les Moulineaux. Sur son site internet, l’administration de la municipalité a choisi la datavisualisation pour mettre en images des données complexes. Son dernier rapport financier, par exemple, est ainsi entièrement transcrit en datavisualisation – ce qui permet à l’internaute de naviguer dans les données et de les comparer avec les moyennes nationales, en matière de taxe d’habitation par exemple.

La crise sanitaire a également permis l’adoption à grande échelle de la datavisualisation dans plusieurs grandes métropoles françaises. La ville de Marseille a ainsi créé une dataviz pendant le premier confinement, pour aider les parents soignants à trouver une école ouverte pour leurs enfants. L’agglomération de Dunkerque, sur son site agglo data, met en ligne une datavisualisation permettant de trouver le producteur alimentaire le plus proche de son domicile. Autant d’indicateurs montrant que la révolution dataviz suit son chemin dans les administrations françaises, à Paris comme en province, pour toujours plus de transparence et de proximité dans la vie citoyenne.

Cet article vous a plu ? Partagez-le !