Accueil >> Blog >> Comment la datavisualisation a aidé les athlètes canadiens à remporter l’or

Comment la datavisualisation a aidé les athlètes canadiens à remporter l’or

On le sait, la data visualisation est une discipline ayant un impact social fort. Que ce soit dans le domaine de l’information comme de l’équité sanitaire, la dataviz est précieuse. Mais saviez-vous que la data visualisation avait aidé des athlètes canadiens à remporter l’or ? Values Associates vous raconte l’histoire d’une association inattendue – sport et data visualisation – aux résultats plus que fructueux. 

En 2020, la tempête Covid a balayé sur son passage les rêves de nombreux athlètes autour du monde. Un an plus tard, les Jeux Olympiques de Tokyo ont enfin lieu. Mais les exploits sportifs des équipes sont éclipsés par les ravages du variant Delta. Alors que la quatrième vague de la pandémie touchait le Japon, les équipes ont dû faire face à des challenges inédits. Comment s’entraîner en l’absence d’équipements sportifs adaptés ? Que faire en cas d’infection d’un membre d’une équipe ? Comment reprendre l’entraînement après une infection ? Autant de questions nouvelles auxquelles un allié inattendu a pu apporter un concours précieux : la datavisualisation. 

Le site InformationWeek raconte, dans un article, comment la dataviz a aidé les athlètes canadiens à remporter l’or… Avec le concours d’un organisme canadien : Own The Podium (à nous le podium, en français). Cet organisme dirige le financement des programmes de haute performance. Son but ? Aider les athlètes canadiens à remporter davantage de médailles aux Jeux olympiques et paralympiques. Elle fournit également des orientations et des conseils techniques.

La datavisualisation pour se battre contre la tempête Covid

Au début de la pandémie, le premier objectif d’Own The Podium était d’élaborer des plans et des protocoles permettant de reprendre le sport, l’entraînement et la compétition en toute sécurité. “Puis l’organisme a souhaité mettre en place des outils d’évaluation des risques qui impliquent le suivi du nombre d’infections, puis être en mesure d’utiliser ces données pour identifier les tendances quant au lieu et au moment où les infections se produisent. Était-ce à l’entraînement ? En compétition ? L’entreprise voulait ensuite pouvoir utiliser ces informations pour limiter les infections futures”, rapporte Information Week.

Et la datavisualisation est entrée en scène. Own The Podium a eu recours à la dataviz pour mettre en place une série de tableaux de bord, puis visualiser les données et les tendances importantes. L’objectif ? Adapter les plans d’entraînement en tenant compte de facteurs environnementaux tels que la météo, la géographie et les installations intérieures ou extérieures. 

La data visualisation pour assurer la sécurité des joueurs

Mais l’utilité de la datavisualisation ne s’est pas arrêtée là. “À nous le podium a recueilli des données par le biais de tests COVID et de questionnaires remplis par les organisations sportives nationales (OSN). Les données recueillies et visualisées comprenaient les taux de positivité, les jours d’entraînement perdus et les profils de symptômes”, rapporte ainsi Information Week. “Par exemple, l’organisation voulait examiner les taux d’infection des athlètes par rapport aux moyennes nationales. Il s’est avéré que les taux d’infection des athlètes étaient beaucoup plus faibles que ceux de la population générale”, lit-on encore.

Une information de la plus haute importance, car l’organisme a ainsi pu prouver grâce à la datavisualisation le faible taux de contamination des athlètes par rapport à la population générale – et inciter les autorités à laisser les centres d’entraînement ouverts. 

“Grâce à la dataviz, À nous le podium dispose d’une foule de données sur les impacts du COVID sur l’entraînement et la compétition de ses athlètes. L’organisation prévoit un débriefing complet de l’expérience de Tokyo en octobre afin de déterminer les leçons apprises, ce que l’organisation a bien fait et ce qui pourrait être amélioré à l’avenir”, rapporte Information Week.

Mais le plus important est que cette initiative a permis de concourir à la santé et à la sécurité des athlètes. « La sécurité était notre priorité n° 1 », a déclaré Mme Merklinger, responsable d’Own The Podium, à Information Week. « Nous ne parlions que de cela : nous devons protéger la santé et la sécurité de tous ceux qui vont à Tokyo. La datavisualisation nous a aidés à le faire. »

Cet article vous a plu ? Partagez-le !
Restons en contact! Recevez nos dernières actualités et des éclairages sur les applications métiers personnalisées